4 croyances limitantes du lâcher-prise qui freinent nos projets

Quel sens donner au lâcher-prise ?

Dans la majorité des esprits ce concept résonne avec l’abandon, l’éloignement, le farniente. Des rêves et des projets plein la tête, on te reproche de vouloir TROP en faire, de te surmener. Selon cette théorie nous serions même responsables de cette surcharge de stress, car nous décidons de faire trop de choses à la fois. “Tu devrais lever le pied” disent les uns “Lâche prise” disent les autres. 

Pourtant, est-ce une mauvaise chose d’avoir des projets ? Les projets ne nous aident-ils pas au contraire à remonter la pente et voir la vie sous un meilleur jour ? 

Dans cet article, nous allons déconstruire ces mauvaises croyances sur le lâcher prise consistant à prôner l’incompatibilité entre projets et lâcher prise pour prouver au contraire que ces projets eux-mêmes sont la clé pour accepter nos échecs, nos souffrances et nous évader. Effectivement, se fixer des objectifs permet de retrouver de la motivation et d’envisager l’avenir avec plus de confiance. Avoir des projets aide à donner du sens à la vie et a également un impact positif sur la santé mentale.

 

Croyance n°1

Lâcher prise = se détacher des évènements

Beaucoup de coachs ou psychologues associent le lâcher prise à un moyen de libération ou de soulagement consistant à se détacher des événements, de la maîtrise de notre vie ou encore de notre lutte quotidienne contre la volonté d’entreprendre de nouvelles choses.

Cependant, il est important de signaler que dans ce contexte se détacher est à prendre au sens propre, c’est-à-dire, se défaire, se libérer et non pas s’éloigner ou contourner. Il ne s’agit pas d’ignorer ses souffrances. D’ailleurs, il est illusoire de penser qu’on peut fuir ou ignorer nos souffrances sans qu’elles refassent surface à un moment ou un autre. Certaines blessures sont profondes et pour s’en détacher il faut en réalité se concentrer sur elles, les apprivoiser, les comprendre et par-dessus tout les accepter.

L’idée est d’être persuadé que quel que soit ton problème et la solution que tu y apportes, t’inquiéter ne changera pas la situation. Autrement dit, t’inquiéter ne t’apportera pas une meilleure solution bien au contraire. À toi de rebondir et te fixer des nouveaux objectifs pour continuer ton projet. Ici, tu ne te détaches pas, ne contourne pas, tu acceptes !

Il faut donc accepter “ce qui est”, et trouver des solutions pour “faire avec”

Croyance n°2

Lâcher prise = se laisser aller

L’une des premières définitions du dictionnaire consiste à dire que le laisser aller est le comportement d’une personne qui ne prend plus soin d’elle. Ce serait bien un comble si notre compte intitulé @tuvasprendresoindetoi te conseillait de faire une telle chose ! 

Effectivement, le lâcher-prise est l’équilibre parfait entre 2 comportements bien distincts. Il indique de relâcher le contrôle sur les aspects négatifs pour concentrer notre énergie à recevoir le positif. Il y a bien là 2 extrémités vers lesquelles il ne faut pas tendre pour rompre l’équilibre. D’un côté il faut éviter l’over-contrôle, soit, vouloir changer le négatif en positif, car vouloir empêcher une souffrance qui existe déjà, cela va amplifier la douleur, car tes efforts, s’ils peuvent réduire la souffrance (et encore…) ne feront pas disparaître ce qui est. Tu auras alors une sensation d’impuissance, une image négative de toi-même et une perte de confiance en tes forces. De l’autre, il ne faut pas se laisser aller, ce qui veut dire oublier de percevoir le positif, broyer du noir et ne plus prendre soin de toi ! 

Lever le pied de l’accélérateur de souffrance, sans freiner !

Croyance n°4

Lâcher prise = être faible

Atteindre le lâcher-prise est une lutte, un combat, un travail complexe en soi. Cela correspond à réussir à rompre avec son subconscient, gérer les pensées parasites, redonner une place aux futilités et aux plaisirs simples. La bataille est donc loin d’être gagnée lorsque l’on entreprend d’installer le lâcher-prise dans notre vie. 

S’il n’incarne pas la lutte en soi, mais plutôt le recul ou la sagesse, il n’est pas un signe de faiblesse, mais d‘intelligence émotionnelle. C’est un choix de vie et non un échec face à la vie, aux épreuves. 

Il n’est pas question de baisser les bras et laisser les parasites nous envahir, mais, bel et bien d’une lutte contre nos émotions négatives, nos blessures et nos failles. C’est pourquoi, nous te présenterons à la fin de cet article des outils pour entamer le chemin. 

Lâcher-prise ne signifie pas que tu abandonne par faiblesse mais que tu es assez fort(e) pour accueillir ce qui te blesse

Croyance n°3

Lâcher prise = Limiter ses projets, voire les abandonner

Bien entendu, lorsque l’on a plusieurs projets sur le feu, il faut prendre ses précautions (notamment pour sa santé physique et émotionnelle) et organiser son temps. Pour cela, je te conseille notre article Comment gérer son temps efficacement, qui te rappellera l’importance d’un équilibre repos, plaisirs et travail et te fera découvrir l’outil merveilleux qu’est le “Bullet journal”. 

Cependant, avoir des projets comme nous l’avons évoqué précédemment, permet de donner un sens à notre vie, parfois même à nous rendre fier(e) de nous et à vivre, tout simplement. Si tu as 1 million de rêves alors nous ne pouvons que t’encourager à tous les réaliser, même s’il y aura certainement des échecs, il y aura aussi des victoires, des leçons de vie dont tu ne dois pas te priver pour espérer trouver le bonheur. 

Laisse-toi pousser par le vent en l’utilisant pour te porter plus loin, plus vite et en économisant ton énergie.

Quels outils pour lâcher-prise ?

La Lecture

Que ce soit pour t’évader ou en savoir plus sur le concept du lâcher-prise, la lecture sera vraiment ton allié pour te redonner un coup de boost et te fournir les clés pour avancer. Voici le livre plein d’espoir d’Alexandre Jollien qui rejoint notre article et renoue avec un concept trop souvent réducteur dans son Petit traité de l’abandon. Pensées pour accueillir la vie telle qu’elle se propose.

La Méditation

Méditer est un très bon outil pour lâcher-prise, car cela nous apporte le calme et nous permet de « ralentir » ce monde. En ralentissant ce monde, ou plutôt en ralentissant notre rapport à lui, alors nos pensées ralentissent également : Moins d’agitation, d’angoisse, de pensées négatives, de ruminations.

Voici trois applications (Apple & Android) qui pourront t’apprendre à méditer et t’accompagner (toutes les trois sont en français). Clique sur l’image pour la télécharger.

Chaque fardeau lâché est un âs vers la libération de son être…

Quelques idées à retenir

La base du lâcher prise est la réalitévoir la situation de façon réaliste, et comprendre que c’est une responsabilité personnelle que de vouloir prendre soin de soi et se protéger. Lâcher prise, c’est faire face aux faits. 

Chaque personne a la possibilité de lâcher-prise, cela peut mettre du temps dans certains cas, cela peut être plus rapide pour d’autres. Chaque être humain a sa façon de fonctionner et a les clefs en lui pour libérer son être de ses fardeaux. 

L’essentiel est d’éviter d’alimenter ses blocages et d’assouplir ses pensées pour les lâcher. Autrement dit éviter de retenir les résistances de l’esprit et apprendre à ouvrir son cœur pour les lâcher.